DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La justice espagnole brise la carrière du célèbre magistrat Baltasar Garzon


Espagne

La justice espagnole brise la carrière du célèbre magistrat Baltasar Garzon

Baltasar Garzon peut dire adieu à sa carrière en Espagne. La Cour suprême a condamné ce jeudi le célèbre juge à 11 ans d’interdiction d’exercer. Et ce, pour avoir ordonné des écoutes téléphoniques illégales. Un jugement qui n’est pas susceptible d’appel même si Garzon peut saisir la Cour constitutionnelle.

“Le gouvernement, dans ce cas, comme dans tous les cas où il y a un verdict, ne fera aucune sorte de jugement politique, a déclaré le ministre espagnol de la Justice, Alberto Ruiz Gallardon. La seule évaluation à faire est celle du fonctionnement des institutions, du respect de la primauté du droit et du respect le plus absolu des décisions prises par les juges, dans ce cas la plus haute instance judiciaire, a savoir, la Cour suprême”.

Les écoutes téléphoniques pour lesquelles Baltasar Garzon est condamné sont liées à une enquête sur un réseau de corruption qui avait éclaboussé en 2009 la droite espagnole, aujourd’hui au pouvoir.

Le 17 janvier, le magistrat avait justifié ces écoutes entre des suspects et leurs avocats, en expliquant qu’il soupçonnait “la poursuite d’une

conduite délictueuse”.

“On ne peut pas accepter qu’une personne qui a fait tant de choses pour l’humanité, ne puisse pas être poursuivie si elle a commis un crime, martelait de son côté le 17 janvier, Ignacio Pelaez, avocat de l’accusation. En fait, ce qui est triste, c’est que Garzon reçoive tant de médailles pour sa lutte contre la violation des droits de l’homme, et qu’il soit le premier à les violer, comme le droit à des communications privées et le droit à une défense libre”.

Pour ses partisans, Baltazar Garzon, qui est également poursuivi pour avoir enquêté sur les disparus du franquisme, paie parce que ses enquêtes sensibles dérangent.

Baltasar Garzon s’est fait connaître sur la scène internationale quand il a ordonné en 1998 l’arrestation à Londres de l’ex-dictateur chilien Augusto Pinochet.

Depuis ses débuts, ses ennemis sont nombreux. Mais le juge n’a jamais été aussi ciblé depuis qu’il s’en est pris aux crimes impunis de la dictature espagnole.

Avec AFP et Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie : Homs toujours objet de la férocité des hommes d'Assad