DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Grecs se révoltent contre l'austérité

Vous lisez:

Les Grecs se révoltent contre l'austérité

Taille du texte Aa Aa

Bilan de ces premières 24 h de grève générale en Grèce, une mobilisation importante, de brefs affrontements entre manifestants et force de l’ordre et de nouvelles démissions au sein du gouvernement grec.

La perspective du vote du nouveau plan d’austérité de 325 millions d’euros au parlement a échauffé les esprits.

Le parti d’extrême droite Laos a décidé de quitter la coalition gouvernementale après l’intervention de son chef George Karatzaferis qui se refuse à voter l’austérité.

Le ministre du transport, le ministre adjoint à la Défense et deux secrétaires d’État ont donc démissionné.

Du côté des socialistes du Pasok, deux secrétaires d’état ont aussi démissionné depuis hier, alors que le parti de l’ancien Premier ministre George Papandréou a lancé un appel à ses députés pour soutenir le plan de rigueur.

Dans Athènes, ce sont environ 20.000 manifestants qui ont défilé à l’appel des syndicats. La troisième cure d’austérité à venir serait celle de trop:

“Un travailleur ne pourra plus vivre du salaire qu’impliquent ces nouvelles mesures. Un grand nombre sera poussé vers le chômage. Une personne travaillant ne pourra pas s’en sortir avec ça.”

“Pour moi, cet accord est inacceptable, il ne nous donne aucun espoir, aucune perspective. Si ce plan nous permettait d’envisager des temps meilleurs et pas seulement de repousser le défaut de paiement, alors on serait plus enclin à accepter les privations.”

En échange de ces nouvelles mesures de rigueur, dont le détail n’est pas encore connu, l’Union européenne, la BCE et le Fonds monétaire internationale doivent accorder un prêt de 130 milliards d’euros à la Grèce.