DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : quel choix reste-t-il ?


Grèce

Grèce : quel choix reste-t-il ?

Et si le feu dans les rues d’Athènes ce week-end annonçait bien pire encore ?

Le pays peut-il survivre à terme ?

Quel choix reste t-il vraiment à la Grèce ?

La population est à bout, comme en témoigne, la violence des heurts et des manifestations.

Les Grecs sont au bout de ce qu’ils peuvent endurer d’austérité, depuis bientôt deux ans.

Faut-il s’en remettre à dieu et prier pour des jours meilleurs ? Dans cette église du centre d’Athènes, pendant que les autres manifestaient ceux-ci priaient pour le salut de leur pays, mais l’humeur est sombre, très pessimiste…

“La Grèce est finie. Il n’y a plus d’espoir. La banqueroute va complètement nous détruire, et nous allons souffrir de manière patriotique pendant dix ans, et puis nous finirons par trouver le moyen de nous en sortir par nous-même”, dit un Athénien.

“Je ne sais pas quoi dire”, ajoute cette femme. “Les gens sont tellement abasourdis et effrayés. Je ne sais pas vraiment. Je pense qu’il faut une bonne explosion, une explosion de rage !”

Les autorités ont choisi le plan de sauvetage, un énième de la zone euro pour éviter la banqueroute et la sortie de la zone.

Mais combien de temps le gouvernement tiendra si l’explosion de rage s’amplifie ?

Comment justifier ces sacrifices face à la population qui les subit?

Sous tension, le ministre des Finances qui négocie depuis des mois avec les créanciers du pays a tenté une nouvelle fois dimanche d’expliquer le choix en cause : “On doit réaliser que le dilemme est soit de sauver le pays en faisant de très grands sacrifices, ou si au travers d’une crise dramatique, avec la dissolution de notre système social économique et politique, nous allons fièrement marcher vers la catastrophe”.

L’intervention aura servi à sauver son vote, mais surement pas à convaincre la rue qui rend la classe politique responsable de la situation du pays.

Entre l’austérité qui les suffoque et la faillite qui les briserait, les Grecs ne voient plus d’issue.

3.00 sot Professor P.E. Petrakis, economics department athens university

“C’est une situation très déprimante pour la Grèce. Ils ne peuvent plus planifier leur vies. Ils ne peuvent pas penser au futur, et s’ils ne peuvent pas penser au futur, ils ne pourront pas en avoir”, admet l‘économiste Pr. P.E. Petrakis.

Et au-delà du risque d’explosion sociale, la Grèce sera-t-elle pour autant sauvée après ce nouveau plan?

Les experts en doutent… Le redressement de l‘économie va prendre des années.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Bombes visant des ambassades israéliennes: l'état hébreu accuse l'Iran