DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Athènes : les cendres de la culture

Vous lisez:

Athènes : les cendres de la culture

Taille du texte Aa Aa

Une infinie tristesse, c’est ce que ressentaient hier soir ces Athéniens, en deuil. En deuil de la culture, du rêve. Une centaine de personnes s‘était réunie devant les ruines fumantes du cinéma Attikon. Il a été brûlé, dimanche soir, comme d’autres bâtiments, lorsque la capitale grecque s’est soulevée contre le vote au Parlement.

“C’est un endroit qui a contribué à une foule d‘émotions de rêves et d’espoirs pour des générations d’Athéniens, dit Apostolos. Et soudain en une nuit de folie gratuite, ou peut-être pas si gratuite, il y a eu cette violence. Comment ne pas être en deuil après ça ? “

“Et bien, pour moi c’est un souvenir personnel depuis le premier rendez-vous qu’on a eu ici avec ma femme, rajoute Lycourgos. Ce n’est pas juste un bâtiment brûlé, mais un souvenir parti en fumée, une part de notre identité qui s’est envolée.”

Le bâtiment datait de 1870, il abritait le cinéma Attikon depuis 1916. Presque 100 ans pendant lesquels les Athéniens se sont bousculés dans cette salle pour voir les chefs d’oeuvre du 7ème art.