DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bahreïn : répression préventive un an après le soulèvement chiite

Vous lisez:

Bahreïn : répression préventive un an après le soulèvement chiite

Taille du texte Aa Aa

Pas de commémoration du printemps arabe à Bahreïn. A Manama, la capitale, les manifestants chiites qui tentaient de rejoindre l’ancienne place de la Perle pour marquer le premier anniversaire de leur soulèvement contre la monarchie sunnite, ont été violemment dispersés à coup de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc.

Après une nuit d’affrontements, la police avait bloqué les principaux axes routiers autour de Manama, pour empêcher les villageois des environs de se joindre aux manifestations.

Le petit royaume veut absolument éviter le scénario de l’an dernier. Des milliers de manifestants chiites avaient observé un sit-in du 14 février à la mi-mars pour défendre les droits de leur communauté et exiger la fin de la monarchie absolue.

La répression avait été sanglante. Les autorités avaient même fait raser le monument central de la place de la Perle.

Depuis, le roi a promis des réformes, que les chiites disent toujours attendre. Dans un discours à la nation, il a appelé sunnites et chiites à la cohésion.