DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Homs : Damas s'acharne, la diplomatie piétine


Syrie

Homs : Damas s'acharne, la diplomatie piétine

La répression s’intensifie à Homs, bastion de la rébellion syrienne.

Les bombardements ont repris dès l’aube avec une violence inégalée depuis cinq jours. La population se terre dans les caves et rez-de-chaussée. La nourriture et les médicaments se font rares. Selon l’ONU, plus de 300 personnes ont péri ici depuis le début des bombardements le 4 février.

Face à ce bain de sang, la Ligue Arabe a promis son soutien matériel et politique à l’opposition syrienne. Une position saluée par la chancelière Merkel.

“La Ligue arabe a adopté une position très ferme sur la situation en Syrie et a clairement condamné les violations des droits de l’homme perpétrées par le régime du Président Assad, a-t-elle déclaré ce mardi à Berlin. L’Union européenne la soutient et va durcir ses sanctions contre la Syrie.”

L’Assemblée générale de l’ONU doit se prononcer d’ici jeudi sur la résolution de la Ligue arabe, une résolution équivalente à celle rejetée par le Conseil de sécurité début février. Lundi, la Haut commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Navi Pillay, a dénoncé l’immobilisme de l’ONU.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Thaïlande: trois explosions, un blessé grave