DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Parlement européen devrait voter pour le maintien de l'aide alimentaire aux plus démunis


Le bureau de Bruxelles

Le Parlement européen devrait voter pour le maintien de l'aide alimentaire aux plus démunis

L’aide alimentaire aux plus démunis. C’est depuis 1987 une mission que s’est assigné l’Europe. Un programme y est consacré mais il a failli disparaître, six Etats membres contestant sa base légale. Finalement, il devrait être maintenu pendant deux ans encore, avec un budget annuel pouvant atteindre 500 millions d’euros. Le Parlement doit voter pour ce mercredi.

“ Parce que nous vivons une crise économique, la pauvreté affecte beaucoup de gens dans divers groupes sociaux, à la fois dans les pays du sud et du nord, et à la fois dans les nouveaux Etats membres et les anciens. Et nous avons besoin de cette aide en cette période hivernale où de nombreux sans-abris se trouvent dans une situation très difficile “ , martèle le rapporteur du texte Czeslaw Adam Siekierski.

L’Allemagne avait été la première à remettre en cause le programme, car après avoir puisé dans les excédents agricoles les premières années, il est devenu dépendant des achats de denrées sur le marché.

“ Le problème, c’est que l’accord conclu par l’Allemagne et la France consiste à stopper le programme fin 2013. Mais le Parlement européen veut le poursuivre et la Commission aussi. Probablement qu’il y aura une question orale et une résolution du Parlement européen sur d’autres initiatives pour poursuivre le programme “ , commente le président de la commission agriculture au Parlement européen Paolo de Castro.

Notre envoyée spéciale à Strasbourg, Isabel da Silva, de conclure : “ La Commission européenne estime que 43 millions de personnes sont au bord de la pauvreté alimentaire. Actuellement, plus de 18 millions reçoivent une aide alimentaire. Et l’on saura seulement en 2014 si ce programme restera européen ou si cette responsabilité redeviendra nationale. “

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Sauvetage de la zone euro : le rôle de la Chine incertain