DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Présidentielle française : fin d'un faux suspense, début d'une vraie campagne


France

Présidentielle française : fin d'un faux suspense, début d'une vraie campagne

Le Président français Nicolas Sarkozy a enfin déclaré mercredi soir sa candidature à un second mandat présidentiel.
Ce jeudi matin toute la presse commente la prestation télévisée du chef de l’État et son slogan “la France Forte”.
Nicolas Sarkozy étrenne ce jeudi son costume de candidat à Annecy en Haute-Savoie.

Dans les rues de Paris, les gens s’interrogent :
“Je crois que je suis comme beaucoup de Français très dubitative sur l’intérêt qu’il y a à voter Sarkozy cette fois-ci”,dit une femme.

“Sarkozy utilise la crise aujourd’hui pour montrer qu’il arrive à nous la faire surmonter, etc., mais ça reste encore un argument politique. Je pense qu’il y a beaucoup de Français qui sont désabusés et qui ne sont pas dupes”, ajoute un Parisien.

Le président a dit se sentir comme le capitaine d’un bateau secoué par la tempête. Abandonner la barre, ce serait comme “un abandon de poste”, a-t-il expliqué.

La crise économique va peser lourd pour le candidat Sarkozy explique cet analyste.
“La question est de savoir quelle part de la crise est liée à son mandat de président et quelle part est dûe à la dynamique internationale.
Mais c’est le ton qu’il veut donner à sa campagne : que la France doit accepter de faire certaines choses pour survivre à la crise et qu’il est celui qui peut le mieux s’en occuper !”, dit Christopher Bickerton, professeur à l’Institut d‘études politiques de Paris.

Reste désormais au candidat-président à combler son retard sur le socialiste François Holllande.
Les troupes Sarkozystes attendaient avec impatience cette entrée en campagne.
Il ne reste que 66 jours avant le premier tour de scrutin.

Prochain article

monde

Après Homs, Deraa, cible de la répression