DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grèce : un long chemin de croix

Vous lisez:

Grèce : un long chemin de croix

Taille du texte Aa Aa

La récession, la Grèce espère en sortir en 2014 au plus tôt. Car les sacrifices et les réformes à consentir pour s’assurer les aides internationales mettent chaque jour davantage l‘économie à genoux.

Première affectée : la consommation, le pouvoir d’achat ne faisant que s‘étioler. Le gouvernement Papademos veut encore baisser le salaire minimum de 22%, voire de 32% pour les moins de 25 ans.

Il entend aussi supprimer 150.000 postes dans la fonction publique d’ici 2015.

Car les 3,3 milliards d’euros d‘économies promis à Bruxelles ne sont qu’un début. Le prochain gouvernement grec qui émergera des urnes en avril devra, lui, présenter des mesures d’austérité supplémentaires de 10 milliards d’euros.

Au sein de l’eurozone, les bons élèves que sont l’Allemagne, la Finlande et les Pays-Bas sont sceptiques.

 
 “Beaucoup ne croient pas que nous serons capables de tenir nos objectifs cette année, comme l’objectif d’un déficit public de 5,4% du PIB”, déclare l’analyste grec Nikos Christodoulos. “Mais avec des efforts significatifs, nous pouvons nous en approcher, et si les privatisations se passent bien, nous parviendrons à limiter la dette”, poursuit-il.

Les privatisations entamées en juin devraient rapporter 4,5 milliards d’euros d’ici la fin de l’année, 15 milliards d’ici fin 2015. L’objectif initial – 50 milliards d’euros – ne sera réalisé que bien plus tard.