DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Iran-Union européenne: la guerre du pétrole


Syrie

Iran-Union européenne: la guerre du pétrole

L’Iran multiplie les signes de fermeté face aux sanctions et menaces contre son programme nucléaire.
Le jour de l’arrivée des inspecteurs de l’AIEA, Téhéran a annoncé de grandes manoeuvres anti-aériennes. Objectif: protéger ses sites nucléaires menacés de frappes militaires par Israël.
Il a aussi menacé de couper ses ventes de pétroles à l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Grèce, le Portugal et les Pays-Bas. Les exportations vers la France et la Grande-Bretagne ont déjà été stoppées.

“L’Iran est très imaginatif en matière de provocations. Ce n’est pas l’Iran qui a décidé d’interrompre ses livraisons, c’est nous qui avons décidé d’interrompre nos commandes. Cela fait un petit peu sourire. D’autant que nos approvisionnements en Iran sont assez marginaux par rapport à l’ensemble de nos besoins. Et je le répète : c’est l’Union européenne qui a décidé d’un embargo sur les ventes de pétrole iranien” a réagi le ministre français de Affaires étrangères, Alain Juppé, au micro d’euronews, depuis Naples.

Un arrêt brutal des exportations vers l’Italie, la Grèce et l’Espagne pourraient néanmoins avoir des répercussions tant pour ces pays que sur les marchés.
Mais il s’avère que ces pays ont d’ors et déjà annoncé qu’ils allaient réduire d’eux-mêmes leurs importations de pétrole. Et que trois autres pays européens ont décidé de cesser complètement de s’approvisionner en Iran (Belgique, République tchèque et Pays-Bas).

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Russie: Medvedev rencontre l'opposition