DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : les politiciens sont satisfaits, les Grecs se méfient


Grèce

Grèce : les politiciens sont satisfaits, les Grecs se méfient

Le chef de file des conservateurs grecs s’est dit satisfait de l’accord conclu par l’Eurogroupe ce matin.

Selon toute vraisemblance, Antonis Samaras a de bonnes chances de devenir Premier ministre après les législatives d’avril.

“La décision de l’eurogroupe est signifiante et positive. Cela éloigne le danger d’une banqueroute du pays, cela renforce notre perspective européenne, cela donne l’opportunité à la dette de devenir viable et enfin elle ouvre la route aux élections”, a déclaré Samaras.

Le plan de sauvetage qui atteint potentiellement 237 milliards d’euros contraint Athènes à accélérer les réformes d‘économie budgétaires. Une tâche ardue pour un pays étouffé par la récession depuis cinq ans.

Une catastrophe selon ce syndicaliste : “Le nouveau prêt et surtout les nouvelles mesures qui l’accompagnent sont catastrophiques pour la société grecque et l’avenir du pays. Non seulement cela va appauvrir le peuple et toute la société grecque, mais cela va augmenter la récession et les problèmes de l’Etat”.

Dans les rues d’Athènes, l’accord suscite essentiellement des commentaires sceptiques ou pessimistes, comme cet homme qui a bien compris qu’il ne verrait pas la couleur de cet argent: “Je ne suis pas très optimiste, parce que je vois que ce prêt retourne directement dans les poches de ceux qui l’ont accordé. Tout ceux qui nous donnent de l’argent le reprennent. Sur ces 130 milliards les Grecs ne vont même pas en garder 5. Alors à quoi bon ?”

Malgré l’accord, l’avenir n’est pas encore serein pour les Hellènes qui vont devoir poursuivre les sacrifices et endurer l’austérité. La plupart se méfient de la satisfaction affichée par leurs politiques.

Prochain article

monde

Rétromachine : le 14e dalaï-lama est intronisé