DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Minorités ethniques : de l'exclusion à l'intégration scolaire

Vous lisez:

Minorités ethniques : de l'exclusion à l'intégration scolaire

Taille du texte Aa Aa

La Convention internationale sur les droits de l’enfant vise à protéger celui-ci contre toute forme de discrimination. Pourtant, beaucoup d’enfants, issus de minorités, n’ont toujours pas accès à l‘éducation. Nous nous sommes rendus en Afghanistan, en Inde et en Espagne où des projets tentent d’effacer cette injustice et donc d’améliorer la vie des enfants.

Ni carte d’identité, ni éducation pour les Jats d’Afghanistan

Dans les bidonvilles d’Afghanistan, les enfants issus de minorités et de communautés nomades ne vont pas à l‘école car leurs familles redoutent l’humiliation. C’est écrit dans la Constitution afghane : les Jats ne sont pas reconnus comme une minorité officielle. Cela signifie que la plupart d’entre eux n’ont pas de carte d’identité et donc ne peuvent pas avoir accès à l‘éducation publique. Les Jats sont marginalisés. Le mot est même devenu une insulte dans le vocabulaire afghan.

L’ONG afghane Aschiana a ouvert l’année dernière une école dédiée à la communauté Jats. C’est une première étape vers la reconnaissance de cette minorité par la nation afghane

Pour plus d’informations :
en.wikipedia.org/wiki/Jat_people
www.aschiana.com/

Nourriture et éducation dans une école tribale

La discrimination est l’un des facteurs de l’exclusion mais la pauvreté joue aussi un rôle. C’est le cas de plusieurs tribus vivant dans l’Etat d’Odisha, en Inde. Dans ce reportage, nous nous rendons à l’Institut Kalinga des sciences sociales. Il permet à 15 000 enfants d’avoir accès gratuitement à l‘éducation ainsi qu‘à la nourriture et au logement. L’objectif : éradiquer la pauvreté et permettre aux enfants de progresser grâce à l‘éducation et la formation professionnelle.

L’institut Kalinga des sciences sociales ou KISS comptait à ses débuts, en 1993, seulement 125 étudiants. Ils sont aujourd’hui plus de 15 000 dans ce qui est devenu le plus grand institut tribal résidentiel au monde.

Pour plus d’informations :
www.kiss.ac.in
www.orissadiary.com

Comment conduire les gitans vers l’Université

En Espagne, le mode de vie de la communauté Rom n’est pas toujours compatible avec l‘école. Résultat, on voit certains jeunes sortir du système scolaire et d’autres ne jamais aller à l‘école. Mais une fondation œuvre pour que ces jeunes puissent continuer à étudier sans qu’ils perdent pour autant leurs traditions.

Ezequiel Pérez fait a été soutenu par la Fondation Père Closa, une organisation gitane qui a fait du succès scolaire au sein de la communauté son cheval de bataille.

Pour plus d’informations :
www.www.fundaciopereclosa.org