DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Encore des bombardements à Homs, les journalistes toujours pris au piège

Vous lisez:

Encore des bombardements à Homs, les journalistes toujours pris au piège

Taille du texte Aa Aa

Voilà trois semaines que l’armée syrienne bombarde sans répit la ville rebelle de Homs. Selon un ONG syrienne, plusieurs civils ont été tués ce vendredi dans le quartier de Baba Amr. Parmi les victimes, un garçon de quinze ans, qui a reçu des éclats d’obus. Victime d’une hémorragie, il n’a pu être soigné.

Les insurgés ripostent avec les moyens du bord. A Rastan, à proximité de Homs, les soldats rebelles disent avoir détruit un tank de l’armée régulière. Un des officiers insurgés lance un message aux autorités russes accusées de fournir des armes au régime de Bachar Al-Assad. “Regardez ce qu’on a fait de vos équipements militaires”, dit-il.

Depuis plusieurs semaines, les rebelles réclament des armes. Et certaines sources affirment ce vendredi que des armes légères pénètrent déjà en contrebande sur le territoire syrien, à destination de l’Armée syrienne libre.

Les pays occidentaux refusent jusqu‘à présent d’armer l’opposition. Ils réclament en revanche un accès pour l’aide humanitaire pour les civils. Une délégation de Croix-Rouge et du Croissant-Rouge a pu entrer ce vendredi dans le quartier de Baba Amr, pour organiser l‘évacuation des victimes et notamment les journalistes, pris au piège sous les bombes. Parmi eux, le photographe britannique Paul Conroy et la reporter française Edith Bouvier. Ils ont été blessés il y a deux jours, lors d’un bombardement qui a couté la vie à Marie Colvin, reporter américaine, et à Rémi Ochlik, photo-journaliste français.

Ce vendredi, des milliers de Syriens ont manifesté dans plusieurs grandes villes, afin de témoigner leur solidarité avec la population de Homs.