DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Troisième nuit toujours agitée à La Réunion


France

Troisième nuit toujours agitée à La Réunion

Si la situation s’est un peu calmée à Saint-Denis, la préfecture, les violences se radicalisent toutefois sur l’ensemble du département, elles se sont propagées la nuit dernière à la moitié des communes de l‘île.

Des groupes de jeunes continuaient de s’opposer aux forces de l’ordre, qui comptent 10 blessés dans leurs rangs, 9 policiers et un gendarme. En tout 76 personnes ont été interpelées.

Le dernier bilan de la nuit de jeudi à vendredi fait état d’une vingtaine de commerces ou de bâtiments publics dégradés, dont deux pharmacies pillées.

Un escadron de gendarmerie, soit 85 hommes, est attendu aujourd’hui en renfort aux deux escadrons déjà présents.

Tous les regards se tournent désormais vers la réunion de ce vendredi sur la vie chère. Cette question attise les mécontentements sur l‘île où le prix du litre de sans-plomb a grimpé à 1.70 euros. De nombreux réunionnais se disent étouffés par la baisse du pouvoir d’achat.

“Les pots de yaourt par exemple, j’en achète plus, explique ce Réunionnais.
Il y a des tas de trucs que je n’achète plus parce que c’est hors de prix, c’est démesuré par rapport à ce que c’est. Je revois tout à la baisse.”

Baisse du prix de l’essence, tarif social sur l’eau ou l‘électricité, sont quelques unes des propositions discutées lors de la table ronde sur la vie chère.

Prochain article

monde

Les Iraniens appelés à élire leurs députés