DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le maire de New York justifie la surveillance de musulmans par la police


Etats-Unis

Le maire de New York justifie la surveillance de musulmans par la police

Aux Etats-Unis, la polémique enfle au sujet des enquêtes menées par la police sur des musulmans. Des journalistes ont découvert que la police new-yorkaise surveillait des milliers de citoyens musulmans et cherchait à établir une base de données sur les lieux qu’ils fréquentaient.

Le maire de New York a justifié cette surveillance. “Tout ce que fait la police de New York est effectué dans un cadre légal, a expliqué Michael Bloomberg. C’est approprié et constitutionnel. Les policiers peuvent enquêter au-delà des limites administratives de New York. Ils peuvent surveiller les sites internet, ils peuvent s’appuyer sur des vidéos pour déceler des activités illégales. Mais cette surveillance ne vise pas des individus sur la base de leur race ou leur religion”.

Pour les autorités, il s’agit de prévenir d‘éventuelles actions terroristes. Mais les associations de musulmans, elles, dénoncent une atteinte à la liberté. “C’est anti-constitutionnel, c’est anti-américain, lance Mohamed el-Filali, un des responsables d’un centre islamique. Il ne doit y avoir d’enquête que lorsqu’il y a une piste”.

Il y a quelques jours, on avait découvert que la police avait surveillé de près des étudiants musulmans dans des universités de la côte est. Cette fois, on apprend que ce sont les mosquées qui sont sur écoute.

C’est trop, pour Aref Assaf, musulman pratiquant. “Personne n’a le droit de violer ma vie privée, dit-il, et c’est pourtant ce que fait la police. Et dans la mesure du possible, je souhaiterai que des poursuites soient engagées contre ceux qui ont initié de telles pratiques”.

Ce genre de surveillance, voire d’infiltration est devenue beaucoup plus fréquent depuis les attentats du 11-Septembre 2001. Cela ne concerne plus seulement New York, mais d’autres grandes villes américaines.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Syrie : l'évacuation des blessés de Homs toujours en suspens