DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

A Homs, la "farce" du référendum ne prend pas


Syrie

A Homs, la "farce" du référendum ne prend pas

La ville de Homs en Syrie était toujours soumise ce matin à une pluie de roquettes et de tirs d’artillerie… Au moins quatre civils ont été tuées dans des quartiers sunnites de cette ville qui est l‘épicentre de la rébellion anti Assad.

Un militant révolutionnaire évoquait ce lundi “700 morts dans le quartier de Baba Amr uniquement depuis le 4 février, sans compter les disparus et ceux qui n’ont pu être identifiés”.

Parmi les blessés, les deux journalistes Paul Conroy et Edith Bouvier sont toujours sur place. Le président fançais estimait ces dernières heures qu’une évacuation était proche.

Le dépouillement s’est par ailleurs poursuivi après le référendum dimanche sur une nouvelle constitution syrienne, un scrutin parodié par des militants de l’opposition qui l’ont qualifié de farce… Le référendum, qui s’est déroulé alors que les bombardements continuaient sur Homs, qui n’est qu‘à 150 kilomètres de Damas, a aussi été sévèrement critiqué par plusieurs responsables internationaux.

Les pays de l’Union européenne ont annoncé aujourd’hui avoir adopté un nouveau train de sanctions contre la Syrie en raison de la poursuite de la répression, visant notamment la banque centrale syrienne.

Prochain article

monde

Arrestation de deux hommes qui projetaient d'assassiner Poutine