DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jean Dujardin, le George Clooney français

Vous lisez:

Jean Dujardin, le George Clooney français

Taille du texte Aa Aa

Andrea Bolitho, Euronews

Nous sommes avec Diana Alvear la correspondante d’ABC sur le tapis rouge de la 84ème Cérémonie de Oscar à Los Angeles. Diana, The Artist a raflé la mise avec 5 oscars y compris celui du meilleur film, plus celui du meilleur réalisateur et meilleur acteur. C’est une nuit mémorable pour le cinéma français.

Diana Alvear, ABC :

“Absolument Andrea, c‘était le bon film pour ça et c’est un film français mais il transcende les frontières c’est juste devenu un film qu’on adore et l’Amérique en est tombée amoureuse. C’est un film muet avec une histoire d’amour pour le cinéma et
c’est le genre de chose qu’Hollywood adore. On aime voir des histoires qui racontent cet art et ce qu’il est donc ce n’est pas surprenant de voir qu’il a si bien marché ce soir.”.

Andrea Bolitho, Euronews :

Quelle est la part de responsabilité de ce producteur incroyablement talentueux Harvey Weinstein, celui dont Meryl Streep a dit aux Golden Globes que c‘était un dieu ?

Diana Alvear, ABC :

C’est le dieu de Hollywood, l’an dernier il a tout eu avec “Le discours d’un roi” et il le fait encore cette année avec “The artist”, il a un sixième sens pour ce qui va marcher. Ce n‘étaient pas des grands films. Quand “le discours d’un roi” était dans la course peu de monde l’avait vu mais on a commencé à en dire beaucoup de bien et avec les frères Weinstein derrière il allait certainement gagner. Même chose avec “The Artist”, c’est un film qui n’avait pas été beaucoup projeté, tout le monde parlait d’un film muet mais avec les frères Weinstein derrière, vous touchez de l’or”.

Andrea Bolitho, Euronews :

L’oscar du meilleur acteur est revenu au Français Jean Dujardin pour son personnage d’une superstar du muet dans The Artist. Il a été qualifié du George Clooney français tout en devançant le vrai George Clooney.

Diana Alvear, ABC :

C’est difficile d‘être une star plus grande que George Clooney mais je pense que Jean Dujardin y est parvenu. Personne ne le connaissait avant “The Artist” et désormais il est partout et l’Amérique l’adore. C’est un homme qui n’avait rien à dire devant la caméra et qui est devenu meilleur acteur. Il est tellement drole, c’est vraiment le George Clooney français.

Andrea Bolitho, Euronews :

La compétition est toujours très serrée pour la meilleure actrice mais Meryl Streep a remporté son troisième Oscar pour son portrait du premier ministre britannique Margaret Thatcher dans “la dame de fer”, son premier prix depuis 30 ans, qu’est ce qui a fait pencher la balance en sa faveur ?

Diana Alvear, ABC :

Ca a été la grosse surprise de la soirée, la favorite était Viola Davis, et tout le monde pensait qu’elle allait l’avoir, mais Meryl Streep était vraiment très forte dans la Dame de fer, sa transformation dans Margaret Thatcher jeune puis ensuite plus âgée était incroyable.
Elle a été elle même la plus surprise dans la salle, elle est montée sur scène et elle a dit que la moitié du pays était déçue parce qu’ils pensaient à Viola Davis. Elle était incroyablement bienveillante elle a remercié tout le monde et elle a dit que c‘était probablement son dernier oscar et elle a juste apprécié l’instant, et tant mieux pour elle si elle l’a eu. C’est une femme en or désormais”.

Andrea Bolitho, Euronews :

Comme on s’y attendait le film iranien “Une séparation” a eu le prix du meilleur film étranger, il a déjà raflé le Golden Globe le prix de la critique c’est un film très touchant.

Diana Alvear, ABC :

C’est un des meilleurs moments de la soirée, le plus touchant, oui il était favori mais c’est vraiment un beau moment quand l’art transcende la politique et quand ils ont reçu le prix ils étaient si modestes et ils ont évoqué comment ils ont dû aller au dela de la politique et quand vous parlez de cet éternel combat humain ce n’est que ça finalement.

Andrea Bolitho, Euronews :

Diana Alvear, thank you very much for joining us from the Academy Awards ceremony in Hollywood

Diana Alvear, ABC :

My pleasure Andrea

A lire aussi : Oscars : The Artist… et les autres, le palmarès complet