DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

En Grèce, les mesures d'austérité se succèdent, les manifestations aussi


Grèce

En Grèce, les mesures d'austérité se succèdent, les manifestations aussi

Des mesures qui sacrifient le pays sur l’autel de la sacrosainte rigueur, selon les syndicats qui appelaient à descendre dans la rue aujourd’hui.

Face à l’inflexibilité des créanciers, une délégation est allée déposer une motion à la représentation grecque de la commission européenne.

En contrepartie du nouveau plan d’aide, le Parlement a adopté à une large majorité un projet de loi portant sur de nouvelles coupes budgétaires drastiques dans les salaires et les retraites.

Projet qui impose notamment une baisse de 12% des retraites supérieures à 1300 euros par mois.

Baisse également de 22% du salaire minimum, qui passe à 586 euros.

Le Premier ministre Lucas Papademos lui est à Bruxelles : il s’est entretenu avec le président de la Commission européenne José Manuel Barroso.

Une réunion à la veille du sommet au cours duquel doit être signé le nouveau traité européen de discipline budgétaire.

Une discipline imposée au peuple grec, qui dans sa marche forcée, pointe l’intransigeance de l’Allemagne.

Au point qu’un sentiment anti-allemand semble émerger : certains ont même brûlé un drapeau nazi devant le Parlement.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Grève interdite à l'aéroport de Francfort