DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

France : les vices cachés d'Ikea

Vous lisez:

France : les vices cachés d'Ikea

Taille du texte Aa Aa

En France, des salariés d’Ikea ont porté plainte contre le géant suédois pour espionnage. L’hebdomadaire satirique Le Canard enchaîné a publié, dans son édition du 29 février dernier, des courriels échangés entre Ikea France et une société privée de sécurité. L’entreprise aurait fourni au groupe d’ameublement des informations confidentielles relevant de la vie privé de ses employés, mais aussi de ses clients. Ces données proviendraient directement de fichiers de Police, à l’image du très controversé STIC (système de traitement des infractions constatées).

Jeudi 1 mars, Le parquet de Versailles a ouvert une enquête préliminaire après la dépôt de la plainte pour soupçons de surveillances illégales. La Direction centrale de la police judiciaire sera chargée de conduire l’enquête.

Ikea a annoncé dans un communiqué, le 1 mars également, que le groupe prend “ la parution de ces accusations très au sérieux. Nous avons lancé une enquête avec l’aide de conseillers indépendants pour obtenir la vision la plus complète de ce qu’il s’est passé dans les faits. Par respect de la présomption d’innocence, les personnes concernées sont mises en disponibilité durant ces investigations”.

Un directeur de la gestion du risque chez Ikea France serait une de ces personnes concernées, selon les révélations du journal satirique.

Des révélations malvenues pour le groupe qui fête cette année les trente ans de sa filiale française.

Mis à jour le 1 mars 2012 à 18h00