DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Législatives en Iran : test de popularité pour les clans au pouvoir


Iran

Législatives en Iran : test de popularité pour les clans au pouvoir

48 millions d’Iraniens sont appelés à renouveler leur parlement vendredi.

Premier scrutin depuis la présidentielle contestée de 2009, il fait figure de test de popularité pour le guide suprême Ali Khamenei et le Président Ahmadinejad.

3.200 candidats s’affrontent pour 390 sièges. Les grands partis réformateurs boycottent le scrutin.

La grande inconnue, c’est la participation. Comme le réalisateur Nasser Taghvai, beaucoup d’Iraniens sont désabusés.

“Aller voter ou non ne fait aucune différence ! Le résultat n’en sera pas changé. Même si les gens ne vont pas voter, vous verrez des statistiques bizarres attestant d’une forte participation. Et si les gens vont voter, les résultats seront similaires à ceux des élections précédentes. Le vote n’affecte pas le résultat !”

Les moins de 30 ans, qui constituent les deux tiers de la population, regrettent que la campagne aient ignoré les questions économiques et sociales.

“Nous attendions des candidats qu’ils accordent plus d’attention aux revendications de la nation, et en particulier, à celles des femmes,” commente une femme au foyer.

Seules 9 femmes siégeaient au Majlis dans la précédente législature.
Ignorée également, la question des sanctions internationales, qui propulsent l’inflation à plus de 20%.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'armée de Bachar Al-Assad lance un assaut contre Homs