DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Aux Pays-Bas, l'euthanasie à la maison


Pays-bas

Aux Pays-Bas, l'euthanasie à la maison

Après l’accouchement à domicile, l’euthanasie à domicile : somnifères, barbituriques, arrêt du coeur. Aux Pays-bas, une clinique de fin de vie sillone le territoire depuis ce jeudi.

Ses équipes médicales se rendent au chevet de patients incurables pour y pratiquer l’euthanasie, dans le cas où elle a été refusée par le médecin traîtant.

“Il y a les médecins qui refusent de pratiquer l’euthanasie pour des questions de principe. Il y a aussi ceux qui au dernier moment ne se sentent pas capables de se cofnronter à l’euthanasie, qui n’ont pas d’expérience, ce que je peux comprendre. Et il y a ceux qui craignent de devoir rendre des comptes à la justice après coup”, explique
Jan Suyver, de la “Clinique de fin de vie”.

Légalisée en 2002 aux Pays-Bas, l’euthanasie s’applique aux patients dont la maladie est diagnostiquée comme incurable. La Société royale de médecins craint toutefois que les équipes mobiles ne puissent pas toujours bien évaluer la situation du patient, comme l’explique l’un de ses représentants, Arie Nieuwenhuijzen Kruseman :

“On pense que l’euthanasie est une question dont les patients doivent s’entretenir avec leur médecin traîtant, surtout quand ils sont suivis depuis longtemps par le même médecin, et que celui-ci les accompagne dans la maladie.”

Selon l’Association néerlandaise pour une fin de vie volontaire, à l’origine de ce projet de clinique mobile, 70 personnes auraient déjà manifesté leur intérêt pour une mort à domicile.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Poutine, homme-fort (presque) incontesté de la Russie