DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Iran : les élections ne font pas oublier la vie chère


économie

Iran : les élections ne font pas oublier la vie chère

En Iran les élections ont perdu de leur saveur pour les iraniens car leur préoccupation première c’est depuis plusieurs semaines la hausse des prix et la vie chère depuis l’adoption de sanctions commerciales par l’Europe et les Etats Unis.
Les européens, les chinois et les japonais ont réduit leurs achats de pétrole, limitant les revenus de l’Iran et privant la banque centrale de devises étrangères. La monnaie iralienne le rial, a plongé sur le marché des changes et a provoqué une hausse des prix des importations et une augmentation des prix des produits alimentaires de première nécessité. En 2011, sans cet embargo pétrolier, l’inflation était prévue à 22% en Iran par le FMI.
“Je pense que l’actuelle situation économique est devenue le lot de la vie quotidienne des gens, affirme un habitant de Téhéran. Les élections ont perdu de leur attrait en raison de la hausse des prix, particulièrenment depuis deux mois. Je ne pense pas que les élections seront aussi remarquables que les précédentes”.
Après un excédent budgétaire de 2,8% en 2011, la chute des revenus du pétrole et la baisse des recettes imposée par le ralentissement de l‘économie pourrait transofrmer ce surplus en un déficit cette année.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

En France et en Italie le chômage progresse