DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La constitution égyptienne : un processus compliqué

Vous lisez:

La constitution égyptienne : un processus compliqué

Taille du texte Aa Aa

Le Parlement a commencé à se réunir samedi 3 mars au Caire pour désigner les membres de la commission chargée de doter le pays d’une constitution. Une nouvelle loi fondamentale devant clore définitivement l‘ère Moubarak, chassé du pouvoir il y a un an.

Au coeur des débats, la place de l’islam, de la femme ou encore de l’armée. C’est dire à quel point le choix des futurs rédacteurs du texte constitutionnel est important. Et, largement majoritaires au Parlement,dont ils occupent 70% des sièges, Frères musulmans et Salafistes veulent occuper une place dominante.

“J’espère que la nouvelle constitution établira une claire séparation entre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, estime pour sa part Khaled El Shebakshy, dirigeant d’un parti islamiste modéré. Et j’espère en particulier que le pouvoir judiciaire sera indépendant.”

“Nous voulons une constitution représentative de tous les Egyptiens, réclame Mina Thebet, membre du mouvement copte chrétien Maspero Youth Movement. Nous voulons une représentation des jeunes, des femmes et des minorités. “

L’Etat sera-t-il qualifié de “laïc”, de “civil” ou de “démocratique” dans la future constitution : voilà une sinon la question majeure à régler. Avec celle de la répartition des pouvoirs entre l’armée et le Parlement.