DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Chine ne veut ni de violences ni d'ingérence en Syrie

Vous lisez:

La Chine ne veut ni de violences ni d'ingérence en Syrie

Taille du texte Aa Aa

Alors que l’armée syrienne continue de pilonner la ville de Homs et déploie à présent des chars à Deir al-Zor, dans l’est, sur le terrain diplomatique, la Chine semble infléchir sa position. Dans un communiqué de son ministère des affaires étrangères, elle réclame la fin “immédiate, complète et inconditionnelle de tous les actes de violence, particulièrement contre des civils innocents.”

Inflexion très modérée toutefois puisque dans le même temps, Pékin se dit opposé à toute ingérence étrangère, y compris pour des raisons humanitaires. Moscou et Pékin ont récemment opposé par deux fois leur veto au vote d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU condamnant la répression en Syrie.

Par ailleurs, les corps du photographe français Rémi Ochlik et de la journaliste américaine Marie Colvin, tués le 22 février à Homs étaient cette nuit dans un avion en direction de Paris. La dépouille de l’Américaine doit ensuite être rapatriée vers son pays.