DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Restructuration de la dette grecque : le jour de vérité approche

Vous lisez:

Restructuration de la dette grecque : le jour de vérité approche

Taille du texte Aa Aa

Les banques et les fonds privés détenant des obligations publiques grecques ont jusqu‘à jeudi soir pour dire si oui ou non elles participent à l‘échange d’obligations. L’accord signé avec les services du ministre grec des finances, impose au créanciers privés de la Grèce une décote de 53,5% des titres qu’ils détiennent et combiné à l’allongement de la durée de remboursement et à la baisse des taux d’ntérêt qu’ils ont du accepter, les banquiers perdront plus de 70% sur leurs titres.
Sur les 185 milliards de dette grecque qu’ils détiennent, les créanciers privés vont fermer les yeux sur 107 milliards d’euros pour allèger d’autant le total de la dette grecque qui se monte à environ 350 milliards d’euros.
Côté créanciers publics, la BCE a déjé annoncé qu’elle ne fera pas de bénéfices sur les titres de dette grecque qu’elle détient : un cadeau d’une dizaine de millairds d’euros.
Au dessous de 75% de participation des créanciers privés à cette restructuration le gouvernement grec abandonnera le projet. La Grèce serait alors exposée à un rapide défaut de paiement et l’Europe à toutes ses conséquences.
Le gouvernement grec affiche sa sérénité en pariant sur une participation “importante et suffisante” à cette opération.