DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Syrie : des réfugiés racontent


Syrie

Syrie : des réfugiés racontent

Ils ont bravé le froid et la neige mais surtout les patrouilles de l’armée syrienne pour trouver refuge, ici à Arsal, au Liban. Des centaines de syriens ont fui la Syrie ces derniers jours pour échapper à la répression féroce qui s’est abattue sur leurs villes et villages proches de la frontière.

Cet homme raconte ce qui s’est passé à Qusair, mais préfère cacher son nom : “Les balles arrivaient vers nous de toutes les directions. Nous avons fui vers le sud, c‘était la direction du Liban. Quand nous sommes arrivés au Liban, alors c’est l’armée libanaise qui ne laissait pas rentrer personne. Des gens nous ont pris dans leur voiture, et ils nous ont conduit à travers les montagnes jusqu‘à ce qu’on arrive ici à Arnal. C‘était hier, sous la pluie et la neige, avec les enfants…. “

Certains refugiés disent que seules les femmes et les enfants sont autorisés à passer le poste frontière. Ces deux familles sont passées par le poste frontière d’ Al Joushe. Elles font partie des 2.000 personnes qui n’ont pas été arrêtées par l’armée syrienne après avoir fui l’enfer de Qusair.

Hassanah crie tout son désarroi: “Qu’est-ce qu’on doit faire??? Les gens sont assis chez eux, et ils nous visent avec les tanks. Ceux qui peuvent fuir, ils fuient, les autres, ils meurent sur place.”

Qusair, c’est à seulement 22 km de la frontière avec le Liban. Cette ville de 40 mille habitants a subi un siège de six mois par l’armée d’Assad. Pas de nourriture, pas de carburant, armes et médicaments sont passés clandestinement du Liban.

Ces images ont été filmées juste avant la déferlante de l’armée sur la ville ce dimanche. Mais les bombardements avaient déjà commencé avant, comme en témoigne ce syrien : “Un homme buvait du thé à cet endroit, et il été touché par un obus, il est mort. L’obus venait des troupes de Bashar al Assad” dit-il.

Après avoir écrasé Homs, l’armée syrienne est attendue de pied ferme dans d’autres villes comme Idlib. Seuls les hommes de la FSA, l’Armée libre de syrie, restent en ville, les femmes et les enfants sont embarqués pour tenter de gagner le Liban.

La plupart ne reviendront pas avant la chute du régime.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Toujours pas d'accès humanitaire en Syrie