DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Plafond de verre : faut-il des quotas ?


Le bureau de Bruxelles

Plafond de verre : faut-il des quotas ?

Une nouvelle journée de la femme ce 8 mars avec un “plafond de verre” qui a la vie dure. Il y a un an, la commissaire européenne Viviane Reding avait appelé les grandes entreprises à prendre l’engagement d’intégrer plus de femmes dans leurs conseils d’administration. L’appel a été un flop. Viviane Reding pourrait donc opter pour une législation avec des quotas obligatoires :

“ Les quotas, c’est quelque chose de fort, de symbolique, ça fait splash ! Et il faut cela de temps en temps, surtout parce qu’on a des femmes qui peuvent aller aux conseils d’administration, des femmes hautement qualifiées, qui ont une longue expérience de management, d’excellentes études, mais tout simplement, on les bloque “ , regrette-t-elle.

Aujourd’hui, dans les grandes entreprises européennes, moins de 14% des membres des conseils d’administration ou de surveillance sont des femmes. Mais elle ne sont que 3,2% à atteindre le sommet de l’organigramme.

Ingrid De Latte est directrice générale d’une société basée en Belgique qui fournit des services de communication et qui compte 85% d’hommes. Elle est favorable à une législation européenne sur les quotas mais pour elle, il faut aussi aller plus loin dans les politiques publiques :

“ A un moment de leur vie, les femmes deviennent des mères et nous voulons toutes être des super mamans, mais ce souhait est difficile à combiner avec le début d’une bonne carrière professionnelle. Il faudrait aider les jeunes femmes à concilier les deux.”

La Commission européenne se donne trois mois pour consulter les parties prenantes et décider ou non de mettre une législation sur la table.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Le fils Khodorkovski cherche des soutiens en Europe