DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Restructuration de la dette grecque : le compte à rebours se poursuit


économie

Restructuration de la dette grecque : le compte à rebours se poursuit

Nouvelle manifestation à Athènes mercredi : celle des fonctionnaires grecs en colère contre la décote de la dette du pays que les caisses de retraite de la fonction publique doivent accepter : ils craignent pour leur retraite future. Plusieurs caisses de retraite ont d’ailleurs refusé de participer à cette opération d‘échange d’obligations publiques grecques.
 
“Le gouvernement de coalition et la troïka sont en train de mettre en place le plan le plus barbare contre les caisses d’assurances sociales et les assurés, affirme ce représentant de la confédération des fonctionnaires grecs. Au lieu de laisser les fonds de pension en dehors de l’opération d‘échange, ils réduisent encore leurs revenus, ce qui veut dire une baisse des retraites et des bénéfices de ces caisses”.
 
L‘échange de dette qui doit prendre fin jeudi soir à 21 heures, heure européenne, concerne 206 milliards d’euros de dette grecque détenus par des créanciers privés tel que les banques, les fonds d’investissement, les assureurs etc…La Grèce ne procédera pas à cet échange si le taux de participation n’atteint pas au moins 75% de cette partie de la dette grecque détenue par les créanciers privés. 

L‘échange devrait faire perdre aux créanciers privés plus de 70% de leur investissement initial. Pour l’instant aucune grande banque ne s’est déclarée contre l’opération mais plusieurs d’entre elles n’ont encore rien dit de leur décision. 
Mercredi après-midi, 58% des créanciers privés de la Grèce se disaient prêts à participer à l’opération.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Nouvelle hausse des cours du pétrole brut