DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Scandale des implants PIP: le principal suspect en prison


France

Scandale des implants PIP: le principal suspect en prison

L’homme au cœur du scandale international des prothèses mammaires PIP est derrière les barreaux.

Le Français Jean-Claude Mas a été incarcéré la nuit dernière pour défaut de paiement de caution.

Fin janvier, Mas avait été mis en examen pour “blessures involontaires” puis remis en liberté avec interdiction de quitter le territoire, de fabriquer des produits de santé et en échange d’une caution de 100.000 euros.

Quatre autres cadres de la société PIP, en faillite depuis 2010, ont été mis en examen.

Tous sont soupçonnés d’avoir participer à la commercialisation de prothèses composées de gel silicone trafiqué, destiné à un usage industriel et non pas médical.

En France, près de 30.000 femmes sont porteuses de ces prothèses. Face au risque de rupture et d’irritations de ces implants, le gouvernement français a recommandé à ces femmes de se faire opérer pour les retirer. Plusieurs pays étrangers ont suivi.

400 000 à 500 000 femmes seraient porteuses de prothèses PIP dans le monde. Fabriquées en France, elles étaient majoritairement exportées en Espagne, en Grande-Bretagne et en Amérique latine.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Daguestan : plusieurs policiers tués dans des attaques de rebelles