DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie : des observateurs onusiens dans les ruines de Baba Amr

Vous lisez:

Syrie : des observateurs onusiens dans les ruines de Baba Amr

Taille du texte Aa Aa

La responsable des opérations humanitaires de l’ONU poursuit ce jeudi sa visite en Syrie. Valerie Amos se trouve sur place pour évaluer les besoins des civils et surtout pour obtenir un accès de l’aide humanitaire. Ce mercredi, elle a pu se rendre à Baba Amr, à Homs. Ce quartier, foyer de la contestation, a été bombardé pendant près d’un mois par les troupes de Bachar Al-Assad. Les insurgés se sont repliés, et c’est donc à présent l’armée loyaliste qui contrôle les lieux.

La diplomate onusienne a pu constater de visu l’impact des violences. “Je suis anéantie parce que j’ai vu à Bab Amr”, a-t-elle dit une fois arrivée à Damas.

Pour la première fois, une équipe du Croissant-Rouge arabe syrien a été autorisée à distribuer de des vivres et des médicaments dans ce quartier de Bab Amr.

Par ailleurs, une réunion se tenait ce jeudi à Genève afin de préparer le plan d’urgence humanitaire à destination des civils syriens.

L‘émissaire des Nations Unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, Kofi Annan, est attendu ce samedi à Damas. De passage au Caire, il s’est dit inquiet d’une éventuelle militarisation de la crise. “J’espère que personne ne songe sérieusement à recourir à la force dans cette situation. Je crois qu’accroître la militarisation ne ferait qu’aggraver la situation”, a-t-il déclaré.

Plusieurs pays se sont déclarés favorables à l’envoi de matériel militaire pour les insurgés. La télévision syrienne a diffusé des images d’armes d’origine étrangère, saisies à Homs. Pour le régime de Bachar Al-Assad, c’est la preuve d’un complot ourdi par des “ennemis de la Syrie”.

Vitali Tchourkine, l’ambassadeur russe aux Nations Unies abonde dans ce sens. “Nous avons eu, dit-il, des informations selon lesquelles, en Libye, il existe des camps d’entraînement pour les révolutionnaires syriens. Ces gens sont formés pour se rendre en Syrie afin de combattre le gouvernement légal. Cela contribue à destabiliser tout le Proche-Orient. D’après ce qu’on sait, Al-Qaïda se trouve en Syrie. D’où cette question : l’exportation de la révolution ne s’est-elle pas transformer en exportation du terrorisme ?”

En tout cas, le soulèvement en Syrie a connu un tour nouveau ce jeudi avec la défection du vice-ministre du Pétrole. Il a expliqué ne plus pouvoir cautionner “la brutalité du régime”. C’est la première personnalité de cette importance à rejoindre les rangs de l’opposition.