DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Crime organisé : Bruxelles veut faciliter la récupération des avoirs


Le bureau de Bruxelles

Crime organisé : Bruxelles veut faciliter la récupération des avoirs

Chaque année, les revenus du crime organisé s‘élèveraient à plus de 2.000 milliards de dollars au niveau mondial. Villas, véhicules de luxe… L’argent sale passe les frontières et seule une infime partie de ces avoirs est confisquée. Pour tenter de faciliter les saisies au niveau européen, la commissaire européenne Cecilia Malmström propose une nouvelle réglementation. Son ambition : combler les failles exploitées par les groupes criminels et simplifier les règles.
Exemple : la police française pourrait demander à la Suède de geler les biens d’un suspect avant qu’il soit condamné pour éviter que les fonds ne se volatilisent.

“ J’ai fait référence à la mafia italienne qui avait pour habitude d’investir dans des maisons sur la Côte d’Azur, ou encore à l’Espagne “, explique-t-elle. “ Il y a aussi des gangs de motards qui opèrent davantage dans le nord de l’Europe, et qui se déplacent librement entre la Suède, le Danemark, les Pays-Bas, l’Allemagne. Avec des systèmes plus proches, il serait plus facile pour la police de suivre l’argent qu’ils investissent dans des domaines comme l’immobilier ou la restauration. “

Elle propose notamment de faciliter la confiscation des avoirs transférés à des prête-noms. Les confiscations seraient aussi possibles en cas de décès ou de fuite du suspect. En ces temps d’austérité, Bruxelles ajoute que les Etats seraient libres de dépenser l’argent récupéré comme ils l’entendent.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Union européenne/Hongrie : le bras de fer se poursuit