DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La violence, et après?


Afghanistan

La violence, et après?

Après plusieurs semaines de calme relatif, la spirale de la violence a donc repris à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, selon un modèle tristement familier: c’est le plus sanglant regain de violence depuis août 2011.

Ce qui a mis le feu aux poudres, le raid israélien qui a tué vendredi Zouheir al-Qaïssi, chef des Comités de Résistance populaire. Un groupe radical accusé par Israël de préparer un attentat “qui devait avoir lieu via le Sinaï”.

A cette action israélienne dite “préventive”, les Palestiniens ont répondu comme ils le font chaque fois, en lançant une pluie de roquettes sur l’Etat hébreu, 180 projectiles tirés depuis Gaza, suivis de raids israéliens, au total plus d’une trentaine dans le week-end.

Une spirale infernale, toujours la même. Plus de 20 Palestiniens ont été tués depuis vendredi, la plupart des hommes armés. Une soixante ont été blessées, surtout des civils.

A chaque flambée de violences, succède une trêve tacite entre Israel et Palestiniens… jusqu’au prochain round. Pour l’instant, chaque partie est sur son quant à soi.

Pas question pour Israel de cesser ses opérations ciblées et préventives, Benjamin Netanyahy l’a réaffirmé :«J’ai une politique claire et des instructions claires: Nous allons frapper quiconque envisage de nous frapper, essaie de nous frapper, et nous a frappé et l’armée israélienne livre des coups significatifs à ces organisations terroristes . “

De son coté, le mouvement radical Jihad islamique, derrière la plupart des tirs de roquettes, récuse tout cessez-le feu.

“Pas d’accalmie avec l’ennemi, qui impose des règles injustes, à l’escalade nous répondrons par l’escalade” a dit son porte-parole.

Quant au Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, il fait le gros dos. S’il n’encourage pas les factions militaires palestiennes dans l’escalade de la violence, il ne s’interfère pas non plus. Les dirigeants du Hamas ne peuvent se déjuger vis-à- vis de leur peuple en appelant au calme, mais fragilisés par l‘évolution politique dans le monde arabe, ils n’ont pas intérèt à voir se prolonger trop longtemps ce nouvel embrasement, préfèrant s’adresser à l’Egypte pour parvenir à une accalmie.

En attendant, la spirale infernale , apparait sans fin.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Taxe carbone : tensions dans l'air européen