DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les terres rares de la discorde

Vous lisez:

Les terres rares de la discorde

Taille du texte Aa Aa

L’accès à 17 minerais métalliques appelés “terres rares” déclenche un litige commercial entre les vieilles puissances industrielles et la Chine.

Pour la première fois les Etats-Unis, l’UE et le Japon ont porté plainte ensemble devant l’OMC contre la Chine.

Ils accusent Pékin de restreindre les exportations de ces métaux difficiles à extraire, et hautement stratégiques pour l’industrie et les technologies avancées.

“Les constructeurs américains ont besoin d’avoir accès aux “terres rares” de la Chine. Maintenant, si la Chine veut laisser le marché fonctionner librement, nous n’avons pas d’objection. Mais sa politique empêche cela. Et elle est contraire aux règles que la Chine a accepté de suivre” a martelé Barack Obama.

En 2011, les prix à l’exportation des terres rares chinoises ont baissé après avoir quadruplé en deux ans. En août dernier, Pekin a cherché à diminuer les exportations malgré l‘établissement de quotas.

Celles de 2012 s‘élèvent à 30.000 tonnes, un peu moins que celle de 2011, fixée à 30.258. Mais en réalité, les exportations de terres rares ont été bien en dessous des quotas.

La Chine explique que les limitations des exportations sont dues à la nécessité de contrôler les problèmes liés à l’exploitation des ressources.

Liu Weimin, ministère des Affaires étrangères : “Exploiter des terres rares affecte l’environnement. Pour protéger l’environnement et les ressources, et pour permettre un développement durable, la Chine applique certaines politiques de gestion. Ces politiques selon nous, sont conformes avec les règles de l’OMC.”

Face à la demande mondiale, la production reste très peu développée car les conséquences de l’extraction et du raffinage des terres rares sont catastrophiques pour l’environnement, les nappes phréatiques, les terres arables et les ouvriers.

Du coup la Chine est en situation de quasi monopole avec 97% du marché mondial de terres rares, d’autant plus qu’elles sont stratégiques pour l’industrie verte, les hautes technologies et la défense.

Une position dominante qui s’explique parce que la Chine détient 35% des réserves accessibles de terres rares, mais aussi parce que d’autres pays ont arrêté eux d’exploiter leurs propres mines, peu compétitives face aux chinoises qui utilisent une main d’oeuvre bon marché.