DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Stress post-traumatique pour expliquer le massacre de Kandahar ?


Afghanistan

Stress post-traumatique pour expliquer le massacre de Kandahar ?

On en sait un peu plus sur le soldat américain accusé du massacre de 16 afghans à Kandahar.

Il s’agirait d’un sergent de 38 ans, qui avait servi trois ans en Irak et avait rejoint l’Afghanistan en décembre dernier.

La presse américaine évoque des problèmes d’alcool, familiaux, un stress post-traumatique et des blessures de guerre à la tête ainsi que la perte d’une partie d’un pied.

Son avocat, connu notamment pour avoir défendu le tueur en série Ted Bundy, John Henry Browne, a nié les problèmes d’alcool et familiaux.

Il a tenu à expliquer que “son client n’avait jamais rien eu contre les Musulmans et qu’il était en général une personne très douce.”

Le sergent est originaire de la base Lewis-McChord, à 80 kilomètres de Seattle. Une base connue pour ses mauvais suivis psychologique.

Son avocat a déjà rencontré sa femme et ses deux enfants pour recueillir leurs témoignages. Une famille qui a été mise à l’abri.

“On lui avait dit ainsi qu‘à sa famille qu’il ne serait pas réaffecté au Proche-Orient. Sa famille comptait sur le fait qu’il ne serait pas redéployé. On lui avait dit que c‘était fini et soudain, ça a changé du jour au lendemain. Je crois qu’il serait juste de dire que sa famille n‘était pas ravie, que lui-même n‘était pas content de devoir repartir.”

Le sergent présumé coupable devrait être jugé par un tribunal militaire à une date et en un lieu encore inconnu. Au Koweit depuis hier, il devrait être rapatrié aujourd’hui sur le sol américain où il pourra rencontrer son avocat.

Le secrétaire de la Défense, Leon Panetta, a déjà indiqué aux autorités afghanes que le soldat pourrait se voir infliger la peine de mort s’il est reconnu coupable.

De nombreuses voix s‘élèvent en Afghanistan pour qu’il soit jugé sur le sol afghan.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

La Corée du Nord défie le monde avec un lancement de satellite