DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Des progrès pour la fin des rejets de poissons en mer en Europe


Le bureau de Bruxelles

Des progrès pour la fin des rejets de poissons en mer en Europe

Dans certaines régions, en mer du Nord par exemple, plus de la moitié des poissons péchés sont rejetés en mer, souvent morts. Soit parce qu’ils sont trop petits, soit parce le pêcheur n’a en fait pas le droit de capturer cette espèce. La Commission européenne veut mettre fin à cette pratique qui est autorisée à l’heure actuelle. Certains Etats membres, comme la France, l’Espagne et le Portugal notamment souhaitent que cette interdiction soit appliquée de façon progressive, pêcherie par pêcherie. C’est ce qui est ressorti du tour de table des 27 ministres de la Pêche qui a eu lieu aujourd’hui à Bruxelles.

Le célèbre chef cuisinier britannique, Hugh Fearnley-Whittingstall, qui est à l’initiative de la campagne “Fish Fight”, avait fait le déplacement pour l’occasion. Il a déjà récolté plus de 700 000 signatures pour dénoncer cette pratique des rejets qui est, selon lui, un effet pervers des quotas imposés en Europe.

Le chef cuisinier britannique Hugh Fearnley-Whittingstall.

“Certains craignent qu’une interdiction des rejets entraîne une baisse de la valeur de leur pêche. A court terme, ce sera peut-être le cas, mais à long terme on pourra augmenter les quotas parce qu’il y aura moins de gaspillage, et donc ce sera avantageux pour les pêcheurs”.

Si les discussions sur les modalités de mise en oeuvre de l’interdiction des rejets vont se porusuivre, les 27 ministres de la Pêche se sont mis d’accord aujourd’hui sur le maintien des accords de pêche avec les pays tiers. Les Européens pêchent un quart de leurs poissons dans les eaux non européennes. Ces accords uniquement commerciaux auparavant intègreront désormais une dimension liée au respect des droits de l’homme. Un nouvel élément qui risque de contrarier certains partenaires…

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Pays-Bas : les eurodéputés appellent le gouvernement à se désolidariser d'un site de l'extrême-droite