DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La France à la recherche de l'ennemi public n°1

Vous lisez:

La France à la recherche de l'ennemi public n°1

Taille du texte Aa Aa

Policiers et soldats de la région Midi-Pyrénées travaillent main dans la main pour retrouver le tireur qui a abattu quatre personnes, dont trois enfants âgés de quatre à sept ans, dans une école juive de Toulouse.

Pour la première fois le plan vigipirate est passé au niveau écarlate, le dernier avant que l‘état d’urgence ne soit déclaré.

L’arme utilisé dans cette fusillade est la même que celle qui a servi dans les meurtres d’un parachutiste et deux soldats, également à Toulouse mais aussi à Montauban. D’origine maghrébine ou antillaise, certaines victimes ont fréquenté un régiment de Montauban auquel appartenaient trois hommes, sanctionnés pour une photo néonazie.

Explications du criminologue Stephane Bourgoin : “C’est un type tout à fait particulier. Ce n’est pas un tueur de masses, comme Richard Durne (tuerie a la mairie de Nanterre, 2002, 8 morts et 19 blessés), Anders Breijbik, et les tueurs de Colombine. C’est un tueur en série, mais une catégorie spécifique que l’on appelle le serial sniper”.

La piste néonazie est l’une des pistes privilégiées par les enquêteurs qui cherchent un ou plusieurs hommes sportifs, qui connaissent le maniement des armes et agissent avec le même scooter volé.