DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bruxelles veut plus de donnant, donnant sur les marchés publics

Vous lisez:

Bruxelles veut plus de donnant, donnant sur les marchés publics

Taille du texte Aa Aa

Après avoir ouvert grand ses marchés publics aux entreprises des pays tiers, l’Europe doit se rendre à l‘évidence. Ils lui rendent rarement la pareille.

Alors que l’Union européenne ouvre à ses partenaires extérieurs des appels d’offre d’une valeur de 352 milliards d’euros, aux Etats-Unis c’est à peine la moitié, et au Japon 27 milliards seulement. Quant à la Chine, l’accès aux marchés publics pour les entreprises étrangères y est si infime qu’il n’est pas chiffré.

Or les achats publics représentent une manne très lucrative, 10 à 25% du PIB selon les pays.
Les commissaires européens en charge du Marché intérieur et du Commerce proposent donc de brandir le bâton, et de limiter l’accès aux marchés publics européens si nécessaire.

“ Si une collectivité publique, un Etat, considère qu’il n’y a pas de réciprocité, qu’il n’y a pas un échange équitable, qu’une entreprise européenne est empêchée de travailler dans un pays “, explique Michel Barnier, en charge du Marché intérieur, “ dans ce cas-là, ce pouvoir adjudicateur pourra dire : nous voulons empêcher une entreprise de ce pays de venir travailler chez nous. Mais la Commission devra donner son accord. Donc ce sont des mesures ponctuelles, qui ne s’appliqueront qu’au-dessus d’un seuil de cinq millions d’euros. “

Au final, l’objectif est surtout d’envoyer un message de fermeté aux pays qui rechignent à ouvrir leurs marchés, et de peser plus lourdement dans les tractations à l‘échelle mondiale.