DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La nuit va être longue pour tout le monde à Toulouse - Le témoignage d’un photographe


France

La nuit va être longue pour tout le monde à Toulouse - Le témoignage d’un photographe

Rue bloquée, désorganisation, aucune visibilité… Telles sont les conditions de travail pour les journalistes sur place, rue Vigné à Toulouse. Nous nous sommes entretenus avec Gilles Bouquillon, photographe pour l’agence Getty. Il témoigne :

« Je suis arrivé très tôt ce matin sur le terrain, la rue Vigné était déjà bouclée… Avec l’expérience, je sais trouver des bons spots pour faire mon travail. J’ai fini par trouver un immeuble situé non loin du bâtiment où Merah est retranché. Malheureusement, j’en ai été délogé. J’ai pu voir que d’autres collègues ont également connu le même sort. Les services de sécurité ont ménagé deux périmètres pour la presse. La police ne veut aucune entrave, de quelque nature que ce soit. Sur place, nous sommes dans le flou total. Nous n’avons aucune information. Nous tentons de décoder le moindre mouvement, le moindre bruit. La seule chose qui sort un peu de l’ordinaire, c’est que je viens de voir deux véhicules de gendarmerie un peu « étranges ». Qui sont-ils, pourquoi sont-ils sur place, je ne sais pas…

L’attente est très longue. J’ai déjà couvert des opérations du RAID, comme l’arrestation de membre de l’ETA. Et d’après mon expérience, en admettant qu’ils lancent l’assaut dans les prochaines minutes ou heures, cela prendra encore longtemps. L’unité d’élite de la police nationale a pour mode opératoire d’investir le lieu où est retranché le suspect et de le débriefer sur place. Ensuite les autres unités, comme la police scientifique, pénètrent la zone sécurisée, toujours en présence du suspect. C’est sur, ça risque d’être long et en plus il fait froid…. »

Prochain article

monde

Le Conseil de sécurité exige que la Syrie adopte le plan Annan