DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Marine le Pen : "Depuis des années, j'attire l'attention sur la montée du fondamentalisme"

Vous lisez:

Marine le Pen : "Depuis des années, j'attire l'attention sur la montée du fondamentalisme"

Taille du texte Aa Aa

Farouk Atig, euronews :
“Depuis le début de l’intervention des forces spéciales du RAID à Toulouse, les réactions politiques se multiplient, à commencer par celles des candidats à la présidentielle française qui avaient choisi de mettre la campagne entre parenthèses depuis lundi. Marine le Pen, la Présidente du Front National et candidate à la présidentielle, en fait partie.

Vous êtes en duplex avec nous depuis Paris. Madame le Pen, j’aimerais d’abord que vous nous livriez votre sentiment ce qui est train de se produire actuellement à Toulouse.”

Marine le Pen, candidate du Front National à la présidentielle française :
“Ma première réaction est d’abord une réaction de soulagement, même si cette arrestation ne fera pas revenir les victimes qui l’ont été dans des conditions épouvantables. En revanche, maintenant, c’est le temps de la question politique, et la question politique, je crois, porte sur la sous-estimation du risque islamiste dans notre pays. Depuis des années, j’attire l’attention sur la montée fondamentalisme dans un certain nombre de quartiers. La montée d’un islam radical, qui a une influence, semble-t-il, de plus en plus importante, un financement plutôt opaque, et qui vient recruter des jeunes dans notre pays. L’affaire d’aujourd’hui démontre que ce jeune homme a été effectivement recruté par des réseaux, lesquels ? Voilà les questions qui devront être posées. Qu’il est allé en Afghanistan, qu’il est allé au Pakistan, pour être mis en condition par des fondamentalistes. Alors cette question-là devrait être évidemment posée maintenant et arrêtée d‘être niée dans notre pays. Il faudra également s’interroger sur la pertinence de notre politique étrangère. Sur l’utilité, par exemple, d’avoir soutenu en Libye, et mis à la tête de la Libye, des djhiadistes, des fondamentalistes, qui immédiatement d’ailleurs ont mis en place la charia. Sur le rôle d’un état comme le Qatar, ayant financé ces djihadistes en Libye, et qui est investi aujourd’hui dans nos banlieues. Le problème des armes lourdes, des armes de guerre, qui manifestement circulent avec une facilité considérable en France sans que cela ne soit considéré comme une priorité en terme de sécurisation de la population. Vous voyez, ce ne sont pas les questions qui manquent. Mais si l’acte horrible de cet homme a pu servir à quelque chose, c’est peut-être au moins, de créer un électrochoc qui va obliger la classe politique à se poser, dans notre pays, les vraies questions.

Farouk Atig, euronews :
“Marine le Pen, est-ce qu‘à votre avis cette affaire toulousaine et montalbanaise, cette tragédie, cette triple tragédie, aura un impact sur la campagne électorale en cours ?”

Marine le Pen :
“Oui, bien sûr, bien sûr que cet acte aura un impact. Et je pense un impact positif. Un impact, je pense, sur l’union nationale. L’union nationale des Français musulmans, chrétiens, juifs, qui vont se mettre ensemble pour lutter contre ce fondamentalisme. Pour lutter contre ces revendications politico-religieuses d’un islam radical qu’on aurait jamais dû laisser s’installer sur notre territoire, et qui doit maintenant faire l’objet en même temps d’une réponse extrêmement ferme et commune.

Farouk Atig, euronews :
“Merci Marine le Pen d’avoir répondu aux questions d’euronews, en duplex depuis Paris. Je rappelle que vous êtes la Présidente du Front National et candidate de ce même parti à la présidentielle française.”