DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mohamed Merah, de la petite délinquance au jihadisme


France

Mohamed Merah, de la petite délinquance au jihadisme

C’est derrière les vitres de d’un immeuble du quartier des Izards, à Toulouse que le tueur présumé s’est retranché durant des heures.

Un quartier bouclé, sécurisé, où les habitants sont stupéfaits, car l’homme est décrit comme quelqu’un de plutôt “gentil, calme, respectueux” .

Il a désormais un nom. Mohamed Merah. Un âge, 23 ans. Une nationalité: français d’origine algérienne. Un toulousain, issu de la petite délinquance, carrossier de profession, transformé en machine à tuer, avec un scooter et des armes illégales en France. Un colt 45 et un Uzi, pistollet mitrailleur adopté par une cinquantaine de pays pour équiper leurs forces armées et leurs services de police.

Yves Gollety, représentant des armuriers professionnels:
“L’uzi prouverait un peu que c’est sûrement un ancien militaire, mais quelqu’un peut très bien avoir obtenu cette arme par un militaire, par un voyage en Afrique, par du trafic, il y a de multiples sources pour l’approvisionnement de ces armes.”


Qu’est ce que le mouvement salafiste français ?


  • Le salafisme , du mot arabe salaf signifiant «prédécesseur », est une école fondamentaliste sunnite. Elle s’applique principalement à calquer les façons de vivre des «salaf», « les ancêtres pieux » (Mahomet et ses compagnons). Ils portent, comme eux, une longue barbe avec la moustache rasée. Les femmes portent un niqab qui couvre intégralement leur corps et leur visage.
  • S’inscrivant dans une logique sectaire, ce courant religieux défend une lecture littérale et ultra orthodoxe du Coran. Il représente une petite minorité de musulmans qui est très visible grâce à l’activisme effréné de leurs militants et autres idéologues.

  • Selon Samir Amghar , docteur en sociologie à l’EHESS, le salafisme est un mouvement complexe et évolutif. Il prend notamment trois formes: “le salafisme piétiste, le salafisme politique et le salafisme révolutionnaire”
  • 95% des salafistes sont des salafistes piétistes qui pensent qu’il est nécessaire de revenir aux fondamentaux de l’islam. Ils se désintéressent du jeu politique. Ce salafisme est proche des autorités religieuses saoudiennes, selon Amghar. Cette pensée contredit ce faisant les principes républicains. Les textes fondateurs rejettent la mixité, la démocratie, la laïcité, les droits de l’homme et encourage le communautarisme.
  • En France, le salafisme compte un tiers à un quart de convertis issus de milieux catholiques ou protestants, selon la journaliste spécialisée en politique étrangère Ariane Bonzon.
  • Pour aller plus loin : - Le salafisme d’aujourd’hui, Samir Amghar, Ed. Michalon, sept 2011.
Une arme qu’il a peut être obtenue par ses réseaux. Mohamed Merah n‘était pas inconnu des services de police et de renseignement. Il est suivi depuis plusieurs années par la DCRI, car il avait effectué deux voyages, en Afghanistan et au Pakistan, sans qu’il soit pour l’instant prouvé qu’il ait participé à ces camps d’entraînement qui accueille de jeunes européens.

Est-il un moudjahidine appartenant à Al Qaeda comme il le dit ? A t-il agi seul ou fait-il partie d’une cellule ?

Il aurait en tous cas des liens avec des salafistes et djihadistes, et aurait été proche d’un groupe démantelé en février par le ministère de l’Intérieur, Forsane Allizza, les “Cavaliers de la fierté”, c’est au nom de ce groupuscule islamiste que Merah aurait dit avoir agi.

Forsane Alizza recrutait par internet par le biais de vidéos de propagande. Dans son dernier message, l’organisation disait prendre de l’ampleur et chercher des soldats.

Ces français djihadistes ayant des liens au Pakistan seraient une poignée en France, un peu plus d’une dizaine.

Depuis 1995 et les attentats dans le métro parisien perpétrés par un groupe d’origine lyonnaise, ils n’avaient mené aucune action sur le territoire.
Mais ils sont la préoccupation principale des unités antiterroristes et des services de renseignement, car formés et endoctrinés sur le terrain, leur mission est de rentrer dans leur pays et d’y commettre des attentats.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les réfugiés syriens affluent en Turquie