DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'autobus urbain du futur

Vous lisez:

L'autobus urbain du futur

Taille du texte Aa Aa

Ils sont partout. Pourtant, les bus ne sont pas populaires. “La moitié des transports publics en Europe sont effectué par des bus explique Umberto Guida coordinateur du projet européen EBSF ‘Le système bus européen du futur’. (…) Mais les bus sont toujours largement considérés comme le moyen de transport le moins efficace et le moins attrayant. Alors notre idée, c‘était de contribuer à la renaissance des bus. “

A Göteborg en Suède, un tout nouveau bus déssert la ligne 16, une des plus utilisée en ville. C’est l’arme secrète pour que les Européens se réapproprient leurs bus. Le véhicule est censé offrir 20% d’espace en plus pour les passagers .. avec seulement quelques astuce : “Pour commencer, nous avons ces deux nouvelles portes coulissantes qui sont plus larges, elles permettent une meilleure circulation des passagers “explique Lars Carldén ingénieur chez Volvo Technologie. Nous avons aussi des sièges pliables. Aux heures de pointe, les conducteurs peuvent les bloquer en position verticale.
Nous avons également placé le chauffeur au centre entre les roues avant, et nous avons déplacé les roues plus à l’avant pour générer davantage d’espace. Et ià l’arrière, nous avons de nouveaux soufflets qui sont transparents. Grâce à cela, nous obtenons plus de lumière à cet endroit, qui généralement était la partie la plus sombre du bus.”

Ce bus est le prototype final d’un projet de recherche de l’Union européenne. Objectif : développer de nouvelles façons de promouvoir l’utilisation de bus plus silencieux, plus propre, plus efficace et plus convivial.

A Nanterre près de Paris, des chercheurs ont mis au point une plateforme informatique qui centralise tous les systèmes d’informations caractéristiques d’un bus.

Les conducteurs peuvent contrôler à partir de ce petit écran toute l‘électronique à bord, y compris la localisation GPS, l’information trafic en temps réel, la consommation d‘énergie, la vente de tickets, le nombre de passagers, la surveillance vidéo, l’entretien des véhicules ou les systèmes d’assistance au conducteur.

“Pour un constructeur de véhicules, cette architecture permettra de fournir des véhicules qui soient prédisposés à récevoir ce système d´information explique Emmanuel de Verdalle
ingénieur système chez Veolia. Pour les opérateurs de transport, cette architecture informatique permettra de simplifier l’installation, la maintenance des systèmes d’information. Et pour l’utilisateur final de transports en commun, cette architecture permettra de lui fournir un service multimodal, donc une information voyageur en continu de bout en bout le long de son parcours”.

A Dresde en Allemagne, les chercheurs en ergonomie utilisent ce simulateur de bus pour évaluer les besoins et les priorités des conducteurs européens. Deux scénarios différents ont été étudiés; les rues de Dresde et celles plus trépidantes de Rome. La cabine idéal a été conçue en fonction des retours des conducteurs professionnels.

Des critères comme l’espace, les réglages, le confort, la visibilité ont été pris largement en compte. Ces recherches ont pu révéler des différences concrètes de priorités entre conducteurs du Nord et du Sud de l’Europe.

Prochaine étape : introduire ces plans dans des modèles de bus moins gourmant en carburant et équipés de systèmes informatiques plus développés.

“Dans 20 ans, nous aurons des bus modulaires capables de s’adapter eux-mêmes au nombre de passagers qu’ils auront à transporter dans un temps donné ou un lieu indique Umberto Guida coordinateur du projet européen EBSF. Nous aurons aussi des bus dont l‘état de santé-le fonctionnement du moteur, les portes, etc – sera complètement contrôlé à distance à partir d’un ordinateur central. Cela permettra d‘éviter à un bus de tomber en panne en plein service, au milieu d’une rue”.

http://ebsf.eu/