DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Toulouse : polémique après l'opération du Raid

Vous lisez:

Toulouse : polémique après l'opération du Raid

Taille du texte Aa Aa

Il était 10h30 hier à Toulouse quand les hommes du Raid lancent l’assaut final dans l’appartement de Mohamed Merah. Retranché dans sa salle de bain, le tueur, qui n’avait plus donné signe de vie depuis 22h45, sort de sa cachette et tire une trentaine de coups de feu. L’affrontement, d’une violence inouïe, fait un blessé grave parmi les policiers. Mohamed Merah, lui, meurt les armes à la main, comme il l’avait souhaité.

“Il monte littéralement à l’assaut en fonçant sur les policiers à travers l’appartement et, en leur tirant dessus à l’aide d’un colt 45. Il continue en fait à avancer, armé, et à tirer en sautant du balcon jusqu‘à être touché mortellement par des tirs en riposte qui sont effectués par les policiers du Raid qui l’atteignent d’une balle dans la tête”, a expliqué le procureur de Paris, François Molins.

Au lendemain de la mort de Mohamed Merah, des voix s‘élèvent pour critiquer l’opération du Raid, qui avait pour consigne d’attraper le jeune homme vivant. Mais la détermination de Merah a fait échouer cet objectif. “Je pense qu’il y avait une autre possibilité, c‘était de tout faire pour l’aider à établir un dialogue. Établir un lien lui permettant d’avoir une vision un peu réaliste des choses”, a souligné l’avocat du forcené, Christian Etelin.

Avant de rompre le contact, Mohamed Merah avait dit aux hommes du Raid : “Si c’est moi qui meurs, tant pis, j’irai au paradis, si c’est vous tant pis pour vous”.