DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Toulouse : la polémique prend le pas sur l'enquête

Vous lisez:

Toulouse : la polémique prend le pas sur l'enquête

Taille du texte Aa Aa

La guerre des polices fait rage en France. Mohamed Merah, le tueur présumé de Toulouse est mort, mais l’affaire est loin d‘être terminée. La polémique semble prendre le pas sur l’enquête. L’action des services de renseignement français est mise en cause tous comme les tactiques utilisées et leur rapidité. L’heure est à la justification. Amaury de Hauteclocque, le patron du Raid, cette unité d‘élite de la police, s’explique à son tour : “L’idée de l’assaut était de pouvoir le confiner dans la zone où nous nous doutions qu’il se trouvait et de pouvoir lui envoyer des gaz lacrymogènes pour saturer sa zone et qu’il sorte et que nous puissions l’appréhender. C’est lorsque nous étions en train d’opérer un trou dans la paroi pour passer des grenades lacrymogènes, qu’il a décidé de sortir les armes à la main et de nous affronter.
Ensuite il choisit de progresser vers nous et c’est au moment où il passe la main au dessus du balcon pour essayer d’abattre certains de mes hommes qui étaient en protection, qu’il a été neutralisé.”

La mort de Mohamed Merah est également critiquée, la police entendait l’interroger .
La garde à vue de ses proches a été prolongée. L’enquête devra dire si l’homme qui a revendiqué la mort de 3 militaires et une fusillade devant une école juive, a agi pour le compte d’une organisation et s’il a bénéficié d’un soutien logistique.