DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Russie : premiers pas vers une réforme électorale

Vous lisez:

Russie : premiers pas vers une réforme électorale

Taille du texte Aa Aa

L’opposition peut elle peser davantage en Russie? Alors que de nombreux partis n’avaient pu être enregistrés en vue de la présidentielle, la Douma, la chambre basse du Parlement russe, adopte une nouvelle loi. Elle abaisse de 40 000 à 500 le nombre de membres requis pour créer un parti politique.
En décembre dernier, face à des mouvements de contestation massifs, le président russe Medvedev avait promis une réforme complète du système politique.

“Je salue aujourd’hui, déclare le leader du front de gauche Sergeï Oudaltsov, cette première réforme, qui intervient notamment suite aux revendications des citoyens et de l’opposition. Si elle n’est pas suivie d’autres réformes, alors bien sûr, elle ne fera qu’entretenir le monopôle du pouvoir. J’espère que ce ne sera pas le cas.”

Autres promesses de Dmitri Medvedev : l‘élection des gouverneurs aux suffrage universel direct, et un assouplissement des règles d’enregistrement des candidatures à la présidentielle.

Pour l’heure, ce début de reforme n’est pas une victoire selon le chef du parti libéral
Sergeï Mitrokhine, qui explique que “d’autres lois empêchent la constitution de blocs électoraux.”

Le rassemblement de divers partis au sein d’un même bloc est pour de nombreux opposants la meilleure stratégie pour contrer l’hégémonie du parti de Vladmir Poutine “Russie unie”.