DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La fulgurante et discrète ascension politique de Macky Sall


Sénégal

La fulgurante et discrète ascension politique de Macky Sall

En douze ans, cet ingénieur-géologue et
géophysicien de 50 ans a connu un parcours éclair. En 2001, il est nommé ministre des Mines et de l‘énergie, ministre de l’Intérieur en 2003, Premier ministre en 2004 et finalement président de l’Assemblée nationale de 2007à 2008.

Une carrière politique à l’ombre du président Wade, qui lui confie la direction de sa campagne pour la présidentielle de 2007. Macky Sall est alors numéro 2 du Parti Démocratique sénégalais.

Mais après l’ascension, c’est la descente aux enfers. En 2007, le fils du président Wade, Karim, est convoqué devant l’Assemblée nationale pour expliquer son action à la tête d’une agence nationale chargée des travaux pour un sommet islamique à Dakar en mars 2007.

Le président Wade ne le lui pardonnera pas. Son ancien Premier ministre est forcé de démissionner en 2008 de ses fonctions à l’Assemblée ainsi que de toutes ses fonctions comme maire et député.

Mais Macky Sall ne compte pas se retirer de la politique. Après avoir formé son propre parti, il se présente à l‘élection présidentielle et passe au deuxième tour avec le soutien des autres candidats dont le très populaire chanteur Youssou N’Dour.

L’affaire Karim Wade crédibilise sa démarche de “résistant républicain” comme il aime se définir.

“Nous avons besoin de changement dit ici ce supporter. Abdullaye Wade voulait laisser le pouvoir à son fils, alors il fallait voter Macky pour changer tout ça” dit ce manifestant.

Mais Macky Sall a eu aussi le sens politique de ne pas limiter sa campagne à la seule dénonciation de la candidature de Wade. La veille du scrutin, il voyait déjà plus loin en plaçant le conflit de Casamance, vieux de trente ans, en tête de ses priorités :

“Je m’engage, si je suis élu président de la République ce dimanche, à tout mettre en œuvre pour un cessez le feu immédiat, mais surtout à créer les conditions vraiment d’une paix définitive et durable. Et pour ça, une concertation nationale sera organisée avec les parties prenantes, les combattants de l’ MFDC, tous les acteurs impliqués dans ce processus et les pays du voisinage, la Gambie et la Guinée Bissau.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Inde : opposé à la venue du président chinois, un Tibétain s'immole par le feu