DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le PDG de SFR première victime de l'arrivée de Free mobile

Vous lisez:

Le PDG de SFR première victime de l'arrivée de Free mobile

Taille du texte Aa Aa

On ne compte plus les dégâts causés aux trois opérateurs mobiles historiques français par l’arrivée de Free Mobile sur le marché. SFR n’a pas échappé à l’hémorragie de clients et son Pdg, l’allemand Frank Esser en a fait les frais. Sa maison-mère Vivendi lui reproche de n’avoir pas prévu les conséquences de l’arrivée d’un quatrième opérateur télécoms : Free Mobile qui a chamboulé le marché national, prenant des dizaines de milliers d’abonnés aux trois opérateurs mobiles en place. Deux cents mille pour SFR rien que pour les mois de janvier et de février.
A la tête de SFR, Frank Esser sera remplacé par l’actuel président du directoire de Vivendi Jean-Bernard Levy.
Vivendi avait acquis l’an dernier le contrôle total de SFR en rachetant pour 8 milliards d’euros la part de 44% détenue par Vodafone l’opérateur mobile britannique géantissime.

Après des années d‘équilibre, le marché français a été secoué par Free qui a déjà fait main bassse sur les lignes téléphoniques fixes. Le Pdg de SFR est le premier touché, mais les autres opérateurs de télécommunications ont été profondément affectés par la révolution Free et Frank Esser n’est peut-être que le premier d’une longue liste de victimes.