DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Système de santé américain : du rêve au cauchemar?

Vous lisez:

Système de santé américain : du rêve au cauchemar?

Taille du texte Aa Aa

La couverture maladie universelle : un rêve que Barack Obama a bien du mal à faire partager à ses compatriotes. Deux ans après la promulgation de la loi de réforme du système de santé, deux tiers des américains sont pour son abrogation. Pourquoi ?
 
Au coeur de la controverse : son caractère obligatoire. Les 32 millions d’américains dépourvus d’assurance maladie ont encore deux ans pour contracter une couverture privée, sous peine de sanctions financières : 95 dollars par adulte et moitié moins par enfant à compter de 2014. Des pénalités appelées à grimper à 695 dollars par adulte et moitié moins par enfant à partir de 2016. 
 
Pour une prise en charge de l’ordre de 70% des frais médicaux, le coût annuel moyen de cette assurance maladie privée est évalué à 5 200 dollars par individu. Des frais auquel l’Etat participera au pro-rata des revenus.
 
Pour les détracteurs de la réforme Obama, tel ce petit entrepreneur, donner à l’Etat le pouvoir d’obliger les citoyens à acheter quelque chose est un précédent très dangereux : “Nous devons contrôler notre propre destin. Le consommateur devrait pouvoir s’exprimer plus. quand le gouvernement intervient, dans l’idée d’améliorer les choses, en tant qu’entrepreneur indépendant, j’ai mon mot à dire.”
 
Au-delà de sa dimension sociale, la réforme du système de santé vise à combler le trou de 43 milliards de dollars creusé chaque année dans le budget de l’Etat par les non assurés.
 
Faute d’assurance, ces patients ne consultent pas à moins d’y être acculés. Les soins nécessaires sont alors extrêmement coûteux. Ils ne peuvent pas payer.
 
Un drame dont ce médecin est témoin au quotidien. Il est descendu dans la rue pour défendre la réforme Obama : “Faute d’assurance santé, ils repoussent le moment de se faire soigner. Ils ne peuvent pas obtenir de soins, et ensuite ils vont aux urgences et il leur en coûte des milliers et des milliers de dollars. Nous, notre pays nous devons fournir une assurance santé à chacun. Le projet de loi n’est pas parfait, mais au moins les lignes bougent dans la bonne direction”.
 
Si l’obligation de souscrire une assurance maladie devait être jugée anticonstitutionnelle par la Cour Suprême en juin, le rêve de Barack Obama pourrait bien virer au cauchemar, à quatre mois de la présidentielle.