DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'Espagne fait peur aux marchés


Espagne

L'Espagne fait peur aux marchés

Après la Grèce, l’Espagne : c’est dans un climat social explosif que le pays s’apprête à découvrir les nouvelles mesures d’austérité préparées par le gouvernement conservateur pour redresser des comptes publics à la dérive.

Au pouvoir depuis 100 jours, le premier ministre Mariano Rajoy doit dévoiler le budget 2012 ce vendredi. Objectif : ramener le déficit public à 5,3% cette année, puis aux 3% réglementaires l’an prochain.

Pas facile sur fond de récession endémique. La contraction de l’activité (-1,7% prévu pour 2012)s’accompagne d’une flambée de l’endettement privé, évalué à 217% du PIB et en hausse. Il faut dire que le chômage, qui touche plus de 23% de la population active, dont près de la moitié des moins de 25 ans, affecte directement le pouvoir d’achat.

Les banques, elles, ne prêtent plus, ni aux particuliers, ni aux entreprises. La consommation et l’investissement plongent.

Les économistes estiment qu‘à l’heure actuelle, le bout du tunnel s‘éloigne : avec la réforme du travail qui facilite les licenciements et privilégie les contrats précaires, Madrid s’attend à 630.000 demandeurs d’emploi de plus cette année. Autant de dépenses sociales supplémentaires pour l’Etat.
Aujourd’hui, l’Espagne fait peur et doit payer de plus en plus cher pour se financer sur les marchés.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Crise économique en Italie: désespérés, deux hommes s'immolent par le feu