DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mali: la Cédéao donne 72 heures aux putschistes pour rendre le pouvoir


Mali

Mali: la Cédéao donne 72 heures aux putschistes pour rendre le pouvoir

Face au désordre actuel au Mali, les dirigeants ouest-africains haussent le ton. Ils donnent jusqu‘à lundi aux putschistes pour rendre le pouvoir aux civils, faute de quoi, ils prendront des sanctions. Cet ultimatum a été fixé à l’issue d’une journée de tension dans la capitale malienne. Des heurts ont opposé partisans des putschistes et opposants. Trois personnes ont été blessées.

Les chefs d’Etat de la région avaient prévu de venir à Bamako pour s’entretenir avec la junte. Mais leur avion n’a pu atterrir en raison d’une manifestation.
C’est donc depuis Abidjan qu’ils ont précisé les sanctions qu’ils envisageaient. D’après Désiré Kadre Ouedraogo, président de la Commission de la Cédéao, parmi les sanctions, il y a le rappel des ambassadeurs des Etats membres de la Cédéao accrédités auprès de la République du Mali pour consultation, et une interdiction pour les membres du CNRDRE (junte) et leurs associés de voyager dans l’espace de la Cédéao.

Le président du Mali, Amadou Toumani Touré a été renversé la semaine dernière par des militaires qui lui reprochaient son inaction face aux mouvements insurgés dans le nord du pays. La rébellion touareg, justement, semble gagner du terrain, profitant de la désorganisation de l’armée. Elle a lancé ce jeudi une offensive contre la ville de Kidal.

La junte a proclamé mardi soir une nouvelle Constitution. Le leader des putschistes s’est ainsi désigné “chef de l‘État”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Hongrie: retrait de la thèse du chef de l'Etat pour plagiat