DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Mali : levée de boucliers contre l'Azaouad


Mali

Mali : levée de boucliers contre l'Azaouad

Le drapeau de l’Azaouad flottant au vent… Cela fait 50 ans que les touaregs du Mali en rêvaient.
Le mouvement de libération national de l’Azaouad a proclamé l’indépendance ce vendredi.
Une sécession immédiatement rejetée par l’Union africaine, l’Algérie, les Etats-Unis, l’Union européenne et la France, ancienne puissance coloniale.
Les pays voisins craignent que cela encourage d’autres vélléités d’indépendance. Ils craignent aussi de voir naître un Etat voyou, source d’insécurité pour la région.

“Nous considérons que la décision unilatérale d’indépendance de l’Azaouad par le MNLA est nulle et non avenue”, a déclaré l’Elysée par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères Bernard Valero.

C’est à la faveur du coup d’Etat orchestré par les militaires il y a deux semaines à Bamako que trois régions ont pu tomber entre les mains du MNLA mais aussi du mouvement islamiste Ansar Dine, appuyé par Al Qaïda au Maghreb islamique.

A Bamako, ce vendredi après-midi, ils étaient quelques centaines à s‘élever contre cette indépendance:
“Comme la majorité de ceux qui sont ici et qui défendent la cause du nord, je pense que cette proclamation d’indépendance n’est pas bienvenue.”

“Aujourd’hui je suis prêt à aller déloger les rebelles, à libérer les mamans, les tantes qui sont entrain de crier à chaque minute, à chaque seconde au téléphone…Elles ont besoin de mon aide. C’est ma mission.”

La junte a appelé les populations du nord à résister mais celles-ci pourraient être prises au piège dans une bataille de territoire entre les touaregs et les islamistes. La situation pourrait basculer un peu plus dans le chaos.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Vingt ans après, la Bosnie rend hommage aux victimes du siège de Sarajevo